Revue de presse - Rapsodia

Aller au contenu

Menu principal :

Ce que la presse en dit…


Beethoven et Paganini
Michel Cardinaux poursuit pour notre plaisir la collection déjà copieuse de ses contes musicaux en
livres/disques, d’une réalisation à tous égards fort soignée et attrayante, sur papier glacé. Plaisir de
l’écoute, de la lecture, du regard : écoute des histoires, imaginées sur la base d’éléments biographiques
véridiques et récitées – jouées – par d’excellents acteurs, ainsi que des oeuvres musicales qui leur
servent d’illustration sonore et sont reprises intégralement (excellente initiative !) en une section spéciale
de chaque disque ; lecture des textes dans le livre ; regard des dessins en couleurs, magnifiques
graphiquement et pleins de fantaisie, qui à chaque page enveloppent ces textes.
Pour l’heure, le jeune Super Presto (son chat Moderato se voit congédié en l’occurrence) nous entraîne
dans la demeure viennoise de Beethoven, où nous assistons aux démêlés de ce dernier avec sa
cuisinière, son propriétaire, son éditeur et les enfants du quartier. Sans oublier le diapason magique, qui
pousse à faire le bien autour de soi comme y incite la musique du maître… « Pour les petits comme
pour les grands », est-il précisé : enfants et adultes y trouvent leur miel. On nous raconte, d’autre part,
les circonstances pittoresques d’un concert de Paganini à Gênes, et les réactions variées de quelquesuns
de ses auditeurs. Pour adultes plutôt ce conte-ci, mais l’humour ne perd pas ses droits.
Quant à l’illustration musicale, nous apprécions d’entendre quelques pièces méconnues de Beethoven :
des extraits des musiques de scène pour Les Créatures de Prométhée et Egmont, quatre danses
allemandes et une Marche Triomphale, par l’orchestre de la Haute École de Musique de Lausanne sous
la direction de Michel Cardinaux.
Le décor musical du conte « Paganini » est plus original encore. Outre un concerto entier il révèle un
talent du musicien yverdonnois que nous ne lui connaissions pas : le pianiste ! Nous découvrons en
effet, interprétés par lui, quatre morceaux du compositeur et pianiste genevois Charles-Samuel Bovy-
Lysberg (1821-1873), qui fut élève de Chopin à Paris et dont le souvenir mérite d’être mieux entretenu
que par une plaque de rue dans la cité du bout du lac.
Super Presto et Moderato rencontrent Beethoven
Une histoire écrite par Michel Cardinaux, illustrée par Anouck Bécherraz, récitée par
Francine Perrin et Pierre-André Gamba.
Il maestro Paganini, conte musical italien
Une histoire écrite par Michel Cardinaux, illustrée par Gilles-Emmanuel Fiaux, récitée par
Charlotte Reymondin, Gabriele Bazzichi et Vincent David.

Jacques Viret, Revue Musicale de Suisse Romande, décembre 2013
 
Retourner au contenu | Retourner au menu